tailler cannabis

Si vous possédez un grand terrain bien exposé à la lumière naturelle du soleil et dans un climat chaud ou que vous cultiviez en SOG à l’intérieur avec au moins un mètre carré, il est possible de cultiver le cannabis sans le tailler ou même le palisser. Toutefois, si l’une ou l’autre de ces situations ne s’appliquent pas à votre cas, il est fortement conseiller de tailler vos plants. Mais attention, pas n’importe comment ! Si vous appliquez correctement la taille, votre rendement sera accru.

La manière la plus simple de tailler vos plants est l’étêtage aussi appelé le topping qui dédoublera les tiges supérieures et produiront deux têtes. Pour le réaliser, vous supprimez simplement le bourgeon central avec une coupe propre à l’aide de vos ciseaux de taille ou vous pincez fortement entre les doigts. Vous verrez en peu de temps, deux pousses se former là où il y en avait une seule. Vous pourrez répéter l’opération plusieurs fois et votre plante prendra un aspect buissonneux. Cette façon de faire, l’étêtage, présente l’inconvénient que votre plante doit récupérer pendant au moins une semaine avant de produire ces nouveaux bourgeons ce qui ralentit sa période de croissance végétative. Par ailleurs, cette méthode n’est pas applicable aux variétés autofloraison, car le temps est trop court puisqu’elles en floraison rapidement.

Une autre façon de procéder est la taille des branches inférieures. Vous la réaliserez pendant la phase de végétation. Mais prenez garde à ne pas retirer trop de feuilles et de branches. Si vous enlevez les deux premières branches, vous pourrez essayer le clonage. Couper les deux ensembles de branches les plus basses accroît la circulation de l’air. Toutefois, ne taillez pas trop, car cela pourrait ralentir la croissance de vos plants voire provoquer des hermaphrodites. Taillez dans la fourchette sûre des 3 et 4 semaines de la croissance végétative.

à Voir également : choisir une bande déssinée

La taille FIM (Fucked I Missed) que l’on pourrait traduire par « Zut ! C’est raté » a été découverte accidentellement. Cette technique ne convient pas du tout aux autofloraisons. Elle consiste à retire les ¾ du bourgeon supérieur. Pour cela, il est préférable d’utiliser le bout des doigts au lieu de ciseaux, car le but n’est pas une coupe nette. Vous verrez ensuite apparaître quatre nouveaux bourgeons principaux au lieu de deux avec l’étêtage.

à Voir également : https://fr.wikihow.com/tailler-un-plant-de-cannabis

Et vous pourrez aussi essayez le Lollopopping ou, en français, la taille en sucette. Là aussi tailler avec les doigts sera préférable à l’utilisation de ciseaux de taille. Toutefois, au contraire des méthodes précédemment discutées, cette taille se réalise à la floraison. Les branches prendront l’aspect de sucettes quand vous aurez fait votre lollipopping à la semaine 3 ou 4 du cycle de floraison. Dans cette technique, ce sont les têtes inférieures qui sont éliminées ce qui permet aux têtes supérieures de grossir plus amplement et donne aux plantes de cannabis l’aspect d’une sucette de verdure. Le lollipopping améliore ainsi le rendement et la qualité obtenue de la récolte en concentrant l’énergie de la plante sur la production des têtes supérieures. Moins de feuilles avec des fleurs bien plus grosses sera votre lot avec le lollipopping.

Découvrez la source de l’article ici.

Laisser un commentaire